L'alcoolo-dependance

Definition

    L'alcoolo-dependance est l’incapacite du sujet a s’abstenir de consommer sous peine de souffrance physique et/ou psychique.

    On ne parle plus d'alcoolique mais de trouble biopsychosocial ou de maladie alcoolique multifactorielle.

    L'alcoolo-dependance est due a une relation de cause a effet comprenant 3 points :

  • L'alcool.
  • L'environnement.
  • L'individu.

  • Les differentes consommations d'alcool

  • Non usage : celui qui ne consomme pas du tout d'alcool. Il peut etre soit primaire (n'ayant jamais consomme) ou secondaire (ayant arreter de consommer).
  • Usage a moindre risque : n’entraenant ni complications somatiques, ni dommage pour autrui.
  • Usage a risque : alcoolisation ponctuelle ou reguliere dont la consommation est superieur aux normes de l'O.M.S. et non associe a un dommage medical, psychique ou social.
  • Usage nocif : caracterise par au moins un dommage d'ordre medical, psychique ou social avec absence de dependance.
  • Dependance : caracterise par une perte de la maetrise de consommation et ayant une souffrance physique et/ou psychique.
  • Normes de l'O.M.S. pour une consommation a moindre risque

  • Pas plus de 3 verres par jour pour un homme et pas plus de 2 verres par jour pour une femme.
  • Abstinence d'une journee par semaine.
  • Ne pas consommer plus de 4 verres par occasion de boire.

  • Consequences de l'alcoolisation

    Consequence somatique

  • Facies congestionne et couperose.
  • Haleine alcoolisee.
  • Tremblement des doigts, des levres ou de la langue.
  • Signe digestif (anorexie), denutrition.
  • Troubles nerveux.
  • Consequence psychique

  • Hallucination du buveur.
  • Demence.
  • Delire chronique.
  • Syndrome de Korsakoff : syndrome amnesique global isole avec desorientation temporo-spatiale, manque d'initiative et parfois, elements de fabulation
  • Consequence familiale et socio-professionnelle

  • Desocialisation.
  • Consequence biologique

  • Augmentation des enzymes et transaminases hepatiques : lyse hepatique.
  • Augmentation du volume globulaire moyen : 85 – 95 microm3.
  • Carence en folates, vitamines due a la denutrition.
  • CDT (Carbohydrate Deficiente Transferrine) : marqueur de l'alcoolisation recente : < 2,6%.
  • Hypoglycemie.
  • Hyperlipidemie : recherche d'une poussee de pancreatite associee.
  • Hypertonie osmotique : effet diuretique par l'alcool.
  • Acidose metabolique : par necrose.
  • Hyperuricemie : peut etre due a la destruction cellulaire.
  •  

    L'intoxication ethylique aigue

    Manifestations cliniques

  • Phase d'excitation psychomotrice :
  • Euphorie.
  • Logorrhee.
  • Humeur variable.
    • Phase ataxique :
    • Trouble de l'equilibre.
    • Ataxie : mauvaise coordination des mouvements volontaires entraenant la perte d’equilibre.
    • Somnolence, regard vague.
    • Syndrome cerebelleux aigu : hypotonie, ataxie cerebelleuse (troubles de la station debout et de la marche), dysarthrie.
    • Confusion, desorientation.
    • Vertiges.
    • Phase de coma :
    • Mydriase.
    • Abolition des reflexes et de la sensibilite.
    • Hypotension arterielle.
    • Hypothermie.
    • Hypoventilation, risque d'encombrement.
    • Complications

    • Deshydratation immediate.
    • Hepatite alcoolique aigue : douleur, ictere.
    • Rhabdomyolyse : necrose musculaire d'oe l'augmentation des CPK.
    • Traitement

    • Phase d'excitation psychomotrice : pas de therapeutique car regression spontanee des symptemes en 3 a 6 heures. Sedation benzodiazepine si necessaire.
    • Traiter l'hypoglycemie.
    • Rehydrater.
    • Surveillance des parametres : tension arterielle, pulsation, conscience, mydriase, frequence respiratoire, sueur, diurese, tremblements.

    L'alcoolo-dependance

        Le sevrage alcoolique est un sevrage a risque vital et pouvant laisser des sequelles.

  • Traitement anxiolytique.
  • Hydratation : 2 a 3 litres d'eau par jour.
  • Apport vitaminique : B1, B6, PP (carences car le foie ne metabolise plus ces vitamines).
  • Lorsque les vitamines sont passees par perfusion, elles doivent etre associe a un solute glucose, sinon risque de syndrome de Korsakoff.

  • L'intoxication ethylique chronique

    Syndrome de sevrage et manifestations cliniques

    Pre-delirium tremens : survient apres 12 a 24 heures de sevrage

  • Tremblements intenses.
  • Sueurs profuses
  • Anxiete, insomnie, agitation.
  • Nausees, vomissements.
  • Tachycardie.
  • Crise comitiale.
  • Delirum tremens : survient apres 24 a 48 heures de sevrage

  • Tremblements generalises.
  • Sueurs profuses.
  • Syndrome confuso-onirique, hallucination, desorientation temporo-spatiale.
  • Dysarthrie.
  • Tachycardie.
  • Crise comitiale generalisee.
  • Complications

  • Comportementale : fugue, defenestration.
  • Infectieuse : pulmonaire, point de ponction, urinaire (car retention a cause des neuroleptiques), trouble de deglutition, inhalation.
  • Neurologique : encephalopathie, hematome sous-dural, polynevrite des membres inferieurs, nevrite optique retro-bulbaire.
  • Traitements

    Pre-delirium tremens

  • Chambre d'isolement.
  • Hydratation.
  • Apport vitaminique.
  • Traitement sedatif aux benzodiazepines.
  • Delirum tremens

  • Chambre d'isolement, contention car beaucoup d'agitation.
  • Hydratation intraveineuse.
  • Apport vitaminique
  • Traitement sedatif aux benzodiazepines.
  • Surveillance des parametres

  • Pression arterielle.
  • Pulsation.
  • Conscience.
  • Mydriase.
  • Frequence respiratoire.
  • Sueur.
  • Diurese.
  • Tremblements.

  •  

    Slidebars
    Adchsm

    Hi, je suis Samir.

    je suis infirmier de sante publique , website designer et android developer.

    www.000webhost.com